Le jour où la liseuse est devenue mon amie

avril 19, 2020 2 Par lejourou

 

 

 

J’ai mon amie Karine du blog @justusinParis, qui m’a demandé aujourd’hui si j’avais une liseuse. Oui j’en ai une qui malheureusement n’a pas résisté au poids de ma fille de 21 mois qui s’est amusée à marcher dessus au début du confinement. Paix ait son âme. Snif.

Mais c’est l’occasion pour moi de reprendre la plume en 2020, et de lui dédier cet article décrivant les bénéfices que je trouve à la liseuse. Ma Karine, cet article est pour toi. (Attention cette liste n’est pas exhaustive et ce n’est pas une étude de marché)

Comme beaucoup pendant longtemps, j’ai résisté, disant à qui voulait l’entendre, que j’avais besoin de sentir le papier quand je lisais un livre. Franchement quand j’y repense mais quelle mauvaise foi, moi qui ne savais pas de quoi je parlais. Evidemment habitant dans 52m2, quand on est passé de 2 à 3, puis de 3 à 4, on réfléchit à deux fois à garder son mur de bibliothèque de bouquins, qu’on avait prévus de lire un jour, enfin « soi-disant ». Je me demande parfois si ce n’était pas plus pour épater la galerie.

Un peu avant l’arrivée de notre premier enfant, mon mari, geek dans l’âme, et grand adepte de la liseuse a fini par m’en acheter une. J’avoue,(soupir) j’ai mis du temps pour l’apprécier et pour m’y mettre mais alors une fois que j’ai découvert, tous les précieux avantages, je n’ai juré que par elle, cherchant à diminuer ma bibliothèque de notre appart, tout en continuant de lire. D’ailleurs c’est simple j’évite d’acheter des livres maintenant. Question de place, ou de survie pour nous 4.

Je vous présente ma liste de points forts sans vous décrire les points négatifs… C’est un choix perso.

1/Le confort de lecture. 

J’ai apprécié le fait de pouvoir choisir la taille de la police. Tu peux grossir, rétrécir, changer l’écran de couleur (noir ou blanc).

Contrairement à ce que je pensais ce n’est pas un écran de lumière bleue comme celle des ordi ou des téléphones ou autres tablettes. C’est beaucoup plus reposant.

La mienne était rétroéclairée donc la nuit, pas besoin d’allumer ma lumière ce qui est beaucoup moins stimulant que le portable qui n’est absolument pas recommandé pour trouver le sommeil. Plus besoin pour les insomniaques d’avoir la lampe torche sous les couvertures pour lire son roman préféré. 

Et si tu oublies ta liseuse, il suffit de télécharger ton compte sur ton téléphone, et tu peux également poursuivre ta lecture en reprenant là où tu t’es arrêté.

2/ le dictionnaire

Moi qui détestais quand j’étais jeune d’aller chercher le dictionnaire, pour comprendre le sens des nouveaux mots, j’avoue que c’est le luxe suprême de pouvoir souligner un mot nouveau et de voir la définition apparaître sans vraiment bouger le petit doigt. En anglais c’est vraiment kiffant.

3/Les livres gratuits

En plus de ceux qui sont tombés dans le domaine public, beaucoup de livres sont gratuits, les éditeurs aujourd’hui offrent énormément d’ebooks, c’est dingue! Pourquoi ne pas en profiter. Au moins on peut les stocker dans une carte mémoire ou sur l’ordi, et ça ne prend pas énormément de place. (Sauf si vous décidez de vous transformer en archives nationales…). J’ai des amis qui se sont mis à lire des classiques, uniquement parce qu’ils avaient pu les télécharger gratuitement. A bon entendeur de la culture, salut!

4/ Le format !!!

Entre un pavé de 500 pages et ma liseuse qui rentre dans mon petit sac porté en bandoulière, il n’y a pas photo, si vous voyez ce que je veux dire. Impossible de dire que vous préférez vous promener avec une brique à bout d’épaule plutôt que de sortir discrètement avec votre petite liseuse qui vous rend encore plus classe, avec sa couverture en similicuir. (Ah oui, il faut l’acheter séparément par contre).

De même quand on voit un pavé, tout le monde n’a pas l’appétence de se l’enfiler d’un seul coup, parfois l’épaisseur rebute, en se disant qu’on n’en voit pas la fin. Eh bien, là, on ne voit pas la différence, si ce n’est qu’on voit le pourcentage de lecture. C’est ici un encouragement à poursuivre sa lecture, au lieu de se dire punaise il me reste encore tout ça à lire, en regardant tristement les centimètres d’épaisseur.

Sans parler des arbres que nous sauvons pour la planète!!!

5/ En conclusion, le jour où vous allez passer à la liseuse que vous soyez KOBO ou KINDLE, vous ne pourrez plus vous en passer, foncez !!!

J’attends vos retours d’expérience ! Bonne lecture.