Le jour où mon SPM a fait des siennes pendant le #confinement

mai 8, 2020 1 Par lejourou

Si le confinement s’apparente pour certain(e)s aux vacances isolées chez soi, je n’ai jamais pensé au second effet Kiss Cool en ce qui me concerne, celui de raccourcir de cinq jours (oui oui j’ai bien dit 5 !!!) mon cycle.

Ce qui m’a rassuré c’est qu’en discutant avec plusieurs de mes copines,(merci Karine, qui m’a envoyé cet article) j’ai pu constater que confinement et hormones ne faisaient pas bon ménage. Sans faire de jeux mots, non tu n’es pas un cas isolé. 

Je dois d’abord préciser que les règles sont restées bien longtemps, trop longtemps, un sujet auquel je ne me suis attaquée que très tardivement. Pendant plus de trois décennies, elles m’en ont fait voir, mais je n’y ai jamais prêté fort attention.

Très jeune, je devais avoir 10 ou 11 ans, je me souviens que je commençais à avoir des pertes et qu’alerté par ma mère, le médecin de famille à l’époque me prescrivit des poires pour m’injecter je ne sais quoi pour retarder l’arrivée du débarquement des anglais, qui visiblement étaient en chemin.

Elles sont arrivées entre mes 12 et 13 ans, sans douleur, au début, assez abondantes je dois dire. Très vite, au fil des années, j’ai pu remarquer l’influence des émotions, sur mon cerveau. Soit elles disparaissaient pendant trois mois, suite à un choc intense, soit au contraire, elles duraient pendant cinq, six mois, me faisant perdre du poids, suite à un stress aigu. (Le bac pour commencer). Cela a duré jusqu’à environ la trentaine.

Lorsqu’elles sont régulières, quelques jours avant de les avoir, de la grande fatigue se fait toujours sentir, et une espèce de tristesse noire voiler mon quotidien. Je ne savais pas que c’était lié à la chute des hormones et qu’on appelait cela le syndrome prémenstruel. Avec l’arrivée de mes enfants, je me suis intéressée un peu plus au sujet, et j’ai commencé à prendre de l’homéopathie, pour réguler mes humeurs. Je dois avouer que ce fut très efficace même si j’ai arrêté. (Allez savoir pourquoi).

Pour ce temps où je suis peu sortie et que je reprenne mon appli LadyTimer (pour noter mes cycles), je vois que la fin de mes règles correspondaient avec le début du confinement. D’ailleurs au début j’ai kiffé : j’arrivais tous les jours à prendre du temps pour moi sans les enfants, en faisant de l’aérobic et en apprenant des versets bibliques (oui ça me ressourçait beaucoup).

A la fin de la troisième semaine (fin Mars, début avril) j’ai commencé à avoir de grosses migraines. Mon mari a tout de suite pensé que c’était parce que j’avais repris le sport de manière trop intense (j’avoue 3 ans sans enfiler de baskets et d’un seul coup, me retrouver dans la peau de Véronique ou Davina, n’était pas très fut-fut de ma part).

Sauf qu’au bout du 23ème jour environ,(au lieu de 28è ou 29è jour) j’ai commencé à avoir du spotting (soit des traces suspectes, annonçant les règles mais c’est pas encore tout à fait ça, si vous voyez ce que je veux dire…) Je consulte mon appli et donc ça voudrait dire que j’ai une semaine d’avance, WTF???

Les jours qui ont suivi ont été l’enfer, j’ai honte mais je vous le raconte: le mauvais côté de moi est sorti. Je n’avais plus envie de parler , j’ai fait la tête à mon pauvre mari, pendant plusieurs jours sans dire un mot. Je pestais dans mon coin et ressassais toutes mes frustrations. J’avais l’impression d’être bipolaire et je pleurais tout le temps.

Les règles ont duré pendant des plombes, entre le spotting, les boutons d’acné qui sont ressortis, (je veux bien rajeunir mais me taper les boutons, non !!! ), et mon ventre qui criait famine à tout bout de chant , je peux vous dire que mes hormones faisaient le roller-coaster. Mon chéri et mes enfants en ont subi les conséquences parfois. Merci Seigneur pour leur patience. Sans vous parler des douleurs de dos, et des difficultés à m’allonger, donc à dormir la nuit. J’ai pensé que j’avais des problèmes reinaux. Pour vous dire!!

C’est seulement au second cycle où les mêmes symptômes sont revenus: migraineuse je suis restée couchée pendant deux jours, et pleurant pour n’importe quoi que lorsque mes règles sont revenues avec cinq jours d’avance, que j’ai compris. Je ne faisais pas un burn-out de confinement mais mon SPM avait fait des siennes.

Le jour où on sera déconfiné, je vous dirai si tout est rentré dans l’ordre. Et vous, quel impact sur vos règles, le confinement a-t-il eu?

PS: En googélisant « Confinement et règles », vous allez tomber sur des articles à foison. Je vous recommande celui-ci